Auteur : dogspirit

04 Déc 2020

Apprendre à enfiler un harnais

Lorsque nous sortons nos chiens, pour des raisons de sécurité, il faut les tenir attachés dans un certain nombre de lieux voire tous en fonction des individus. Pour leur confort on peut choisir un harnais très bien adapté pour que la pression soit répartie au lieu d’être concentrée sur un point précis.

Néanmoins, le harnais même si on le choisi avec soin, est un équipement plus ou moins encombrant qui suppose quelques manipulations pour le mettre et l’attacher. Les chiens ne sont pas forcément à l’aise avec cet équipement. Notons que suivant les modèles, il faut l’enfiler en glissant sa tête par l’ouverture ou encore, en restant immobile alors que le harnais s’enfile par les pattes comme une espèce de pantalon.

Quand on décide d’adopter ce genre d’équipement, il est intéressant de vérifier que les chiens sont à l’aise avec puis, pourquoi pas, leur apprendre à l’enfiler. Voici une première façon d’aborder les choses au leurre avec un harnais s’enfilant par la tête. Les harnais remontant le long des pattes sont plus rares mais globalement nous allons avoir un apprentissage similaire, on va faire venir le chien en position debout, avec le harnais au sol, de manière à ce qu’il mette les pattes dans les emplacements prévus. Les méthodes au leurre pour apprendre le « debout » peuvent être détournées pour cet apprentissage.

Au final enfiler la tête peut être un peu plus difficile parce que le harnais va frôler des zones sensibles (yeux, oreilles, …).

(suite…)

28 Nov 2020

Je suis un chien du 21ème siècle.

Je suis un Malinois.
Surdoué parmi les chiens, je brille dans toutes les disciplines et je suis toujours prêt à travailler. Aujourd’hui, on me demande de me prélasser sur le canapé toute la journée.
Je suis un Akita Inu.
Chien de chasse hors pair, mes ancêtres ont aussi été employés pour les combats de chiens. Aujourd’hui, on me demande d’être tolérant avec mes congénères, et on me reproche ma réactivité quand l’un d’eux s’approche de moi.

(suite…)

13 Oct 2020

Mon chien aboie : comment faire arrêter l’aboiement

© Parlez vous chien, 2018, Mylène Genairon

 

Le rôle de l’aboiement à la base

 

Lorsqu’un chien aboie, c’est comme lorsque l’humain parle. Il s’agit d’un moyen de communiquer, d’exprimer des sentiments, de faire passer un message.

Naturellement, le chien utilisera plus son odorat, des marquages, des postures diverses. Le loup, son ancêtre, n’utilise d’ailleurs pas ce moyen de communication. Il va plutôt hurler pour envoyer des messages à sa meute dont les membres se trouvent à distance. Il communique avec ses congénères, ils se donnent rendez-vous pour la chasse ou recherchent une partenaire. Hurler ensemble renforce la cohésion.

Cependant, dans le monde bruyant des humains, de plus en plus de chiens aboient pour s’exprimer et ce, à tort et à travers. (suite…)
25 Sep 2020

Les signaux d’apaisement, cette communication incomprise.

Comme tous les êtres vivants, les chiens communiquent.

Mais cette communication, ces signaux, qu’ils émettent, passent parfois inaperçu.

Et les seules choses que l’humain décèle à chaque fois, c’est le grognement ou la morsure. C’est le plus flagrant, mais, avant d’en arriver là, il y a une multitude de choses que le chien vous a dites, et que vous n’avez pas vue, pas entendu, pas su lire…

(suite…)

02 Sep 2020

Age d’adoption, pourquoi les avis divergent ?

Parmi les très nombreux sujets qui peuvent faire débat il y a l’âge d’adoption chez le chiot. Derrière un sujet qui semble somme toute pratique, il y a une question de connaissance du développement comportemental et de prise en compte du bien-être qui est assez fondamental. Donc on va revenir un petit peu sur les différentes opinions afin d’essayer de les expliquer. (suite…)

02 Sep 2020

Chien stressé, qui semble déprimé, absent ?

Rappels concernant le cerveau…
Trois niveaux : le reptilien, le limbique, et le néocortex.
Le reptilien gère l’instinct, c’est la partie qui s’active principalement par exemple en cas de danger et qui répond par un comportement instinctif ou impulsif. En effet le cerveau reptilien a traité l’information mais ne la fera pas remonter ni au limbique, ni au néocortex …
De plus concernant les sections distinctes du cerveau, des scientifiques ont découvert qu’elles ne s’activaient qu’en alternance… Donc quand l’une entre en fonction, l’autre est inhibée. Ce qui explique qu’il est difficile au chien de « penser » s’il subit une augmentation violente du taux d’adrénaline, par exemple.

(suite…)

02 Sep 2020

Le chevauchement – Hund.fr

Il y a des comportements qui sont particulièrement pénibles pour l’humain, voire très gênants et le chevauchement en fait souvent partie. Par le mot chevauchement je désigne le comportement suivant : monter ou grimper sur quelque chose, le saisir entre ses pattes et agiter (ou non) les hanches comme pour effectuer une saillie. Le chevauchement que l’on retrouve parfois sous le terme de « zigner » est donc un comportement associé à la sexualité et à la reproduction mais il est très important de comprendre qu’il ne s’y limite pas.

Si le chevauchement nous semble peut-être plus courant chez les mâles entiers, il existe également chez les mâles castrés mais on le retrouve aussi chez les femelles qu’elles soient stérilisées ou non. C’est donc un comportement qui peut être adopté par n’importe quel chien, peu importe son sexe, ses hormones, son gabarit, sa race ou que sais-je encore. Maintenant que nous avons vu qu’il n’y avait pas de profil type de « chevaucheur », nous pouvons également prendre le temps d’établir qu’il n’y a pas non plus de profil type de « truc à chevaucher ». (suite…)